Mémoires cellulaires 

 

Consultation 60 minutes 120.- CHF

Cette séance vous permet de trouver un équilibre entre vos pensées et vos émotions, et ainsi vous recentrer dans votre Coeur.

  • Chaque émotion est reliée à une zone du corps. Une émotion cristallisée dans votre corps pourrait avoir plusieurs conséquences, dont l'apparition de symptômes physiques.
     

  • C'est un moment pour parler de "TA VIE" et échanger sur un système de croyances plus souple, plus terrestre et plus cohérent.
     

  • Une  séance permet au corps de remonter l’information sur les vécus passés tout en y faisant « descendre » la conscience et offre de ce fait la possibilité d’opérer un processus de transformation dans le corps et dans ta perception de ta vie et des acteurs autour de toi.

Il existe des centaines de définitions du mot « émotion » et souvent il y a peu de points communs entre elles.

Cependant, tout le monde s’accorde à dire et écrire que le concept est très difficile … à définir !

 

Le mot « émotion » vient du latin emovere, emotum (enlever, secouer) et de movere (se mouvoir). Cependant, dans l’acception de l’époque, il semblerait qu’il s’agit des mouvements de l’âme.

Si les scientifiques n’arrivent pas à définir clairement ce mouvement vibratoire, observons dans la matière (dans notre corps) ce qu’elles produisent. Le plus souvent, elles entraînent des comportements d’approche ou d’évitement en produisant des états internes que nous décrivons comme positifs (Joie, plaisir, satisfaction, jouissance …) ou négatifs (Peur, tristesse, appréhension, terreur …).

Les composantes du processus émotionnel 

Quand une signification émotionnelle est activée, l’organisme réagit immédiatement et dans toutes ses composantes pour faire face au défi que constitue le caractère émotionnel de la situation.

Il peut s’agir d’une opportunité, d’un danger à éviter ou à tenir à l’écart, d’un obstacle à détruire. Quoi qu’il en soit, notre organisme se prépare à interagir d’une certaine manière avec son environnement : fuir, se cacher, aller vers, aller contre, etc. C’est la tendance à l’action.

Pour le phobique par exemple, la tendance à l’action est clairement la fuite et l’évitement de la situation.

Le concept de tendance à l’action « Philippot, Pierre. Émotion et psychothérapie: L'influence des émotions dans la société (PSY. Emotion, intervention, santé) (French Edition) . Mardaga. Édition »

Selon Frijda (1986), les tendances à l’action sont des dispositions internes (ou leur absence) à accomplir certaines actions ou certains changements relationnels avec l’environnement.

Les tendances à l’action sont donc l’activation, mais pas encore la réalisation, d’un script de réactions qui vise à changer la relation entre l’individu et son environnement.

Sur base de travaux abordant la phylogenèse et l’ontogenèse des émotions, Frijda a identifié huit tendances à l’action de base.

Ces tendances seraient innées et apparaîtraient tôt dans le développement humain.

On voit ici que les émotions offrent une gamme variée de réponses adaptatives et que ces réponses ne sont pas rigides, mais répondent aux différentes expériences faites par l’individu.

Au niveau clinique, la prise de conscience de l’émotion passe notamment par la prise de conscience de la tendance à l’action activée. Les distinctions entre huit états fondamentaux proposés par Frijda (1986) peuvent servir de base à l’exploration de votre état émotionnel. Même si les sensations émanant des tendances à l’action sont souvent diffuses, elles donnent lieu à des états perceptibles.

On peut ainsi sentir :

  • qu’on a envie de frapper,

  • qu’on a envie de quitter la situation,

  • qu’on a envie d’être proche, etc.

Les composantes du processus émotionnel
les 8 emotions.jpg
Vers_une_définition_de_l'émotion_David_S